Loveforce passage du désirAudrey Tillault travaille depuis plus de 3 ans dans la vente à domicile, elle a accepté de partager avec nous son expérience en tant que VDI pour la marque Passage du Désir.

 

  • Vous travaillez pour La Loveforce de Passage du Désir depuis 4 mois, une marque qui propose aux femmes des cosmétiques, de la lingerie et des accessoires sexy. Qu’est-ce qui vous a décidée personnellement à devenir VDI pour cette marque ? 

Je travaillais pour une autre marque de vente à domicile depuis 3 ans. J’ai voulu me lancer avec la Loveforce car les produits m’attiraient : agréables à regarder, plus accessibles pour les clientes en terme  de rapport qualité/prix, et enfin, les marques (comme YESFORLOV et LELO) étaient connues dans le domaine des accessoires coquins.
Mais c’est surtout  le concept de « développement durable du couple » qui m’a décidée : être en couple n’est pas toujours une évidence au quotidien, il est important d’entretenir l’amour et la passion. J’essaie de faire en sorte que les produits et les conseils que j’apporte aux clientes permettent de pimenter un peu plus la vie intime de leur couple.

 

  • Quelles sont vos ambitions, à moyen terme, avec Loveforce en particulier et dans le domaine de la vente à domicile en général ?

Mes ambitions au sein de la Loveforce sont dans un premier temps de continuer à former et faire grandir mon équipe et de promouvoir l’activité pour recruter de nouvelles ambassadrices. Lorsqu’une nouvelle personne souhaite démarrer l’activité, je la prends sous mon aile pour la former et accompagner ses premiers pas.
Je souhaite continuer cette activité  tant que je pourrais, j’adore ce que je fais, le fait « d’être mon propre patron », d’avoir moins de stress, d’être flexible et de contrôler mes horaires et mon salaire, tant que les clientes auront besoin de moi je serai à leur côté…

 

  • A quoi ressemble votre quotidien? Pouvez-vous nous en dire plus sur l’organisation de vos journées, les contacts avec vos clients, les relations avec vos responsables ?

 Mon quotidien avec la Loveforce ? Pour l’essentiel, c’est du bonheur ! Je prépare les réunions avec mes hôtesses, je les aide à organiser cette soirée pour qu’elle se passe du mieux possible.
Ensuite je me prépare moi aussi pour la réunion, comme par exemple, préparer ma valise et les accessoires dont je vais avoir besoin. Après la soirée, je passe les commandes des clients sur internet, puis je m’occupe de la  réception des colis et de leur livraison chez chacun d’entre eux.
Je garde un contact permanent avec les hôtesses, depuis la préparation de la réunion jusqu’à la livraison des produits. La plupart des hôtesses sont devenues des amies. Je reste aussi très proche des clientes : je les remercie le soir même de la soirée, je les informe du parcours de  leurs commandes. Facebook est, par exemple, un excellent moyen pour garder le contact.
Au-delà des « Party Air Désir », nous avons un lien avec le siège (Passage du Désir); je ne les considère pas comme « mes responsables » mais plutôt comme des guides. Chaque ambassadrice avance à son rythme et les personnes du siège sont là pour nous conseiller, nous informer sur  les nouveautés, les nouvelles infos, et nous coacher pour améliorer nos performances.
De plus, la marque organise régulièrement des soirées où tout le réseau est convié, il y a une super ambiance (la dernière en date : la galette pour la nouvelle année), ces soirées nous permettent de rencontrer les nouvelles ambassadrices, de partager, d’échanger.
Ils organisent également des formations (comme par exemple lorsque les fondateurs des deux grandes marques du catalogue sont venues en personne, nous raconter l’histoire de leur  marque et nous offrir des cadeaux).
Je me rends compte de plus en plus que considère mon activité non pas comme un travail, mais plutôt comme une aventure extraordinaire.

 

Audrey Tillault Passage du Désir

Audrey Tillault, VDI pour Passage du Désir

 

  • Concrètement, à quoi ressemble une vente Loveforce ? Combien y a-t-il d’invités (hommes et femmes) ? Quel est le déroulement de la réunion ?

C’est très simple : une personne – l’hôtesse – organise une soirée chez elle avec ses ami(e)s et se voit remercier par la société en recevant des cadeaux.
La réunion regroupe en général une dizaine de femmes (les hommes sont plus rares dans mes réunions), et se déroule dans une ambiance très décontractée. C’est une vraie expérience shopping, pendant laquelle je livre tous les trucs et astuces pour pimenter le quotidien amoureux, sous forme de présentation de produits sans aucune vulgarité, avec des petits jeux sympas.
Après cette démonstration de produits, chaque participante vient me voir dans une pièce à l’écart pour passer ses commandes en toute confidentialité.
La plupart du temps, ce sont des « soirées filles », mais je propose également des soirées à thèmes telles que : « mixte », « en couple », « enterrement de vie de jeune fille », « anniversaire », ou bien par exemple « soirée rouge et noir »….

 

  • Est-ce difficile de vendre des accessoires sexy ? On a l’impression qu’il s’agit d’un domaine très intime, difficile à aborder, comment arrivez-vous à mettre à l’aise vos invités ?

Les françaises sont plus timides sur ce sujet comparé aux femmes des pays nordiques par exemple, elles osent moins acheter des accessoires sexy, ou parler de ces sujets.
Les invitées peuvent être un peu intimidées au début de la réunion car elles ne savent pas toujours à quoi s’attendre, mais dès que je démarre mon petit jeu de présentation, l’atmosphère se détend.
Lors de mes soirées je ne demande jamais aux invitées de me parler de leur vie intime (c’est d’ailleurs ce qu’elles redoutent le plus), mais lors du passage de commande dans la pièce où nous sommes seules, elles se confient et me demandent des conseils pour tel ou tel problème.
Personnellement, je n’ai aucun problème à parler de ces sujets intimes, car je pense qu’on a toutes le droit au plaisir et je suis ravie de pouvoir donner aux femmes quelques clés pour s’épanouir dans leur vie intime. 

 

  • Cette dernière question est un peu plus personnelle : comment parvenez-vous  gérer au quotidien la relation vie privée – vie professionnelle ? Est-ce difficile pour une femme de travailler dans la vente à domicile ? (Si vous êtes mère : le fait d’être VDI vous permet-il d’être plus présente auprès de vos enfants ?)

Je suis sortie de l’école avec un diplôme de commerce, mais j’ai essayé plusieurs métiers, du secrétariat à la restauration en passant par le métier d’éducatrice sportive… Je ne trouvais pas ma voie jusqu’au jour où j’ai été invitée il y a 3 ans à une soirée sextoys, pendant laquelle j’ai eu un déclic… je savais enfin ce que je voulais faire.
A l’époque, ma fille avait 3 ans et mon fils 1 an. Je pouvais enfin m’occuper d’eux la journée. Le soir je les couchais à 19h et partais en réunion. Je revenais de réunion vers minuit, pouvais faire une bonne nuit et m’occuper d’eux le lendemain matin.
Aujourd’hui ils sont un peu plus grand et vont à l’école, j’ai la journée entière pour moi, pour mon activité et pour l’organisation de la maison…Mon activité a été bénéfique pour mon couple puisque je ne reste plus enfermée chez moi, je sors, je vois du monde. De plus je ne travaille que deux ou trois soirs dans la semaine pour un salaire en conséquence.
Mon conjoint et moi nous organisons pour la garde des enfants, soit c’est lui qui les garde, soit je fais appel aux grand-mères.

 Cette activité a changé ma vie. J’invite toutes les femmes, qu’elles soient en couple ou célibataires, avec ou sans enfant, avec ou sans travail, pour arrondir les fins de mois ou pour faire carrière, à nous rejoindre dans cette magnifique aventure.

Vous aussi, LANCEZ-VOUS dans la VENTE A DOMICILE : POSTULEZ sur unjourunevente.com vous trouverez l’entreprise de VENTE A DOMICILE qui vous conviendra : DEPOSER MA CANDIDATURE

Devenir Conseillere Club Parfum